Mariam Kaba, 1ère de la République en électromécanique : « je passais des nuits blanches pour réviser »

Mariam Kaba, 1ère de la République en électromécanique : « je passais des nuits blanches pour réviser »

La désormais ancienne élève à l’École Nationale des Arts et Métiers (ENAM), est l’une des fiertés de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. À seulement 20 ans, Mariama Kaba a été sacrée 1ère de la République dans la filière « Électromécanique ». Rencontrée ce mercredi, 27 juillet 2022, la jeune fille affiche toute sa fierté d’être l’heureuse 1ère de la République dans une filière jadis dominée par les garçons. « Quand j’ai appris la bonne nouvelle, j’étais très heureuse, très contente et j’étais très fière de moi. C’est aussi une fierté pour ma famille, mes encadreurs ainsi qu’au personnel de l’ENAM », a-t-elle entamé, toute joyeuse.Comme tout gagnant, Mariam Kaba dit avoir tiré sa réussite dans le travail. « Pour être 1ère de la République, j’ai travaillé très dur et je passais même des nuits blanches. De fois, même avant d’aller à l’école le matin, je révisais mes leçons. J’ai fourni assez d’efforts et comme on le dit très souvent, la chance vient toujours au bout de l’effort. C’est comme ça que Dieu m’a récompensé et je remercie le tout-puissant », ajoute là lauréate en électromécanique. Aux autres filles qui hésitent toujours à s’inscrire dans les écoles professionnelles, Mariam Kaba lance un appel. « Je tiens à inviter les écoles et surtout les filles à venir dans les écoles professionnelles où la théorie est toujours liée à la pratique. Ça donne de l’expérience et on sort toujours avec un métier avec lequel on gagne toujours un emploi » a-t-elle.Après cette place, le plus grand rêve de Mariam Kaba c’est d’être indépendante et de pousser encore les études pour aller de l’avant. C’est pour cela qu’elle souhaite le soutien de l’État à travers le ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle.

La Rédaction Politique