Le cri de coeur d’Oumar Thiam, un jeune leader activiste “Inquiétudes, violences, peur, tueries, réticences , inacceptable, inconcevable, vol,…quelques mots pour un peu d’écrire ce qui se passe sur l’axe patriotique, d’autres l’appeleraient l’axe du mal “

Le cri de coeur d’Oumar Thiam, un jeune leader activiste “Inquiétudes, violences, peur, tueries, réticences , inacceptable, inconcevable, vol,…quelques mots pour un peu d’écrire ce qui se passe sur l’axe patriotique, d’autres l’appeleraient l’axe du mal “

[Opinion]

Ce mercredi 07 septembre 2022 en quittant en ville mon ami et moi avions eu la chance d’échapper à un lynchage entre Hamdalaye et Bambeto 2 mn après l’enterrement du jeune Alpha Oumar Barry tué lors de la manifestation interdite du FNDC. Je ne peux d’écrire cet instant tellement la peur était énorme.


Que dire de cette triste réalité, très délicate d’ailleurs pour décrire ce qui se passe sur l’axe patriotique. Une partie de notre capitale considérée une zone de guerre et cela se passe au vu de tout le monde. On en parle peu, CNRD, gouvernement, CNT,société civile, partis politiques que sais-je encore ? Depuis une lurette cet axe est confronté à une violence sans précédente, on ne peut aujourd’hui compter le nombre des morts, des biens privés et publics détruits ,toutes ces conséquences négatives ont endeuillé plusieurs familles.
À quand la fin de cette guerre, de cette barbarie sans cesse ?
À quand la fin de cette peur au ventre ?
À quand ces tueries prendront fin?
À quand nos concitoyens qui vivent dans cette zone se sentiront en paix et en sécurité ?


À vous CNRD, acteurs politiques,CNT, gouvernement, société civile de répondre à ces différentes questions.
Le COJELP, entendez Collectif des Jeunes Leaders pour la Paix depuis sa création à travers son slogan “le vivre ensemble” ne cesse d’interpeller les autorités de privilégier le dialogue inclusif et transparent pour une sortie de crises qui ne fait que durée.
Le COJELP a soutenu plusieurs familles victimes des dernières manifestations politiques avant le 05 septembre 2021 à Conakry et à NZerekoré. d’après les victimes nous sommes la seule ONG-COJELP qui a pensé à elles en organisant une grande compagne de distribution des vivres.
Il est temps qu’on arrête cette barbarie,ces tueries,ces violences dans notre pays et plus précisément sur l’axe.
Il faut que les autorités prennent conscience de cet état de fait. Trop c’est trop.
Ces manifestations ont causé la mort de plusieurs concitoyens.
C’est qui est dommage, aucune autorité ne se préoccupe de cette situation tragique. Quel doit être le rôle du fameux CNT pour contribuer à l’apaisement,le vivre ensemble dans cette zone ? Et bien entendu la même question pour les autorités communales, les membres du gouvernement,le CNRD et les acteurs de la société civile ?
À qui profite cette situation sur l’axe ?
À qui profite ces cas de morts ? De cette barbarie policière et civile ?
Très difficile pour décrire réellement ce qui se passe sur l’axe, les mots me manquent.

Le COJELP plaide et interpelle le CNRD, partis politiques, gouvernement, société civile d’un arrêt immédiat de cette barbarie.

Aujourd’hui, nous devons tous nous concentrer pour une transition crédible apaisée et réussie.
Cette responsabilité incombe premièrement le CNRD,les membres du gouvernement,le CNT et les autorités communales.
Deuxièmement les partis politiques et la société civile.
Alors à eux de prendre leur responsabilité pour mettre fin à ces violences très horribles.
Nous avons parlé de ses assises nationales, de la réconciliation nationale cela ne peut réussir sans justice et aucune nation ne peut se développée sans la paix.
Depuis longtemps, il ya eu aucune condamnation concernant les tueries lors des différentes manifestations.

Ce dialogue permanent inclusif et franc est obligatoire pour que cette transition réussie.
Le CNRD,les membres du gouvernement, le CNT, le FNDC devront savoir qu’ils seront comptables de tout ce qui se passe dans notre pays.
De ce fait, nous disons que le bilan du CNRD est mitigé.

Oumar Thiam, vice président Cojelp-Guinée