Guinée : un autre bras de fer en vue entre la junte et la classe politique

Guinée : un autre bras de fer en vue entre la junte et la classe politique

Conakry-Un bras de fer pointe à l’horizon entre la junte militaire au pouvoir en Guinée et la classe politique, dont une frange importante a déjà boycotté, vendredi 15 avril, le coup d’envoi du dialogue.

Et pour cause, le document présenté par le Gouvernement et qui définit les étapes clef et actions essentielles à mener pour le retour à constitutionnel, occulte une préoccupation majeure de la classe politique. Il s’agit en l’occurrence de l’Organe de gestion des élections.

Le document de 58 pages divisées en dix points ne prévoit pas la mise en place d’une institution indépendante en charge de l’organisation des élections.

Tout semble revenir désormais au ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation.

Or, le « 58 » tout comme d’autres formations politiques tiennent à cette question comme la « prunelle des leurs yeux ». Dans leur déclaration précédente, ils ont mentionné six axes fondamentaux qui leur tiennent à cœur pour un retour à l’ordre constitutionnel.

C’est notamment la Constitution, le Code électoral, le Fichier électoral, le chronogramme électoral et l’organe de gestion des élections. Ils demandent un dialogue structuré pour trouvé un consensus autour de ces questions “essentielles”.

Après le lancement des travaux du cadre de concertation inclusif, ce vendredi 15 avril 2022, le Gouvernement a invité les dirigeants des différentes coalitions politiques à soumettre leur « proposition de chronogramme » au plus tard le 20 avril.